Projet Rotonde : par deux étudiants en Design du Lycée La Martinière Diderot / Plateforme text’in, Lyon.

Après plus de deux années de recherches, de workshops et d’expérimentations (2011 - 2013), le projet « Emballez-moi, une création industrielle » initié par La Rotonde a été confié en juin 2013 à deux étudiants en diplôme supérieur Arts Appliqués de La Martinière Diderot à Lyon, afin de le mener jusqu’à son terme.

Juliette Baillot (design d’espace) et Fabien Lignée (design produit) ont travaillé conjointement durant une année pour proposer un projet viable et global à la confluence du design, de la science et de l’ingénierie.

Le projet, baptisé « Projet Rotonde », propose une double peau biomimétique composée d’une peau noire isolante et d’une enveloppe modulaire qui permet la gestion autonome de l’ensoleillement du bâtiment, grâce à l’association inédite d’une membrane souple (Serge Ferrari) et d’un bimétal thermosensible (Delta Concept).
La structure porteuse légère et évolutive améliore le confort thermique à l’intérieur de La Rotonde, et offre de nouveaux espaces de médiation (gradins et scène ouverte). A l’extérieur, la structure définit un nouvel espace semi-couvert qui requalifie l’accès à La Rotonde et met en valeur son patrimoine architectural.
De plus, le Projet Rotonde valorise le bâtiment et le rend identifiable comme un lieu de médiation et d’expression scientifique.



Les deux étudiants designers ont donc établi une démarche visant à s’imprégner du bâtiment, faire l’expérience du lieu, rencontrer ses acteurs (médiateurs, visiteurs...), analyser les usages et les fonctions du site afin de mettre l’Homme au coeur des enjeux du projet, tout en tenant compte des études déjà amorcées les deux premières années de travaux sur l’habillage de La Rotonde.



Juliette Baillot et Fabien Lignée ont ainsi réalisé au cours de cette année plusieurs workshops in-situ, ainsi que plusieurs sessions de design itératif.
Le duo de jeunes designers a été suivi quotidiennement par le corps enseignent du DSAA de la Martinière Diderot (Sophie Tinland-Lelandais, Guilène Marion,...), régulièrement par Bruno Venturelli (responsable de la plateforme technologique Text’in, spécialisée dans le textile et l’habillement). Ils se sont appuyés par ailleurs ponctuellement sur les ingénieurs du centre SMS de l’École nationale supérieure des Mines de Saint-Étienne (Jenny Faucheu et ses étudiants). Ils ont également eu la visite de l’autrichien Peter Michaël Schultes, du cluster Experimonde spécialisé dans les structures textiles, et reçu l’expertise ponctuelle de thermiciens, industriels, designers et architectes.

Les deux étudiants ont respectivement rédigé un mémoire en parallèle du projet, permettant un important travail de conceptualisation et de théorisation.
Juliette Baillot s’est interrogée sur la notion de l’enveloppe en architecture.
Fabien Lignée s’est particulièrement intéressé à ce bâtiment-objet « La Rotonde », sur sa forme ronde (parfaite et infinie) et l’application d’un matériau textile.
Leurs directeurs de mémoire sont Eric Combet, Gilles Bonnet (Fabien) et Françoise Perret (Juliette).



Le Concept

Trois objectifs principaux ont rapidement émergé de leur analyse du lieu et de la demande faite par La Rotonde :
- Améliorer la qualité des usages intérieurs et extérieurs du site. (confort thermique, accessibilité, conditions de médiation)
- Valoriser la qualité architecturale du lieu : sa rotondité et sa façade décorative atypique
- Rendre La Rotonde identifiable de l’extérieur comme un lieu de culture scientifique et d’émulation culturelle



L’enveloppe est l’enjeu majeur du Projet Rotonde, elle redessine et redéfinie l’ensemble du site : bâtiment, paysage et parking. Il s’agit donc d’une double peau biomimétique, largement inspirée du pelage de l’ours polaire. Elle augmente le bâtiment d’une interface vivante et intelligente qui réagit avec son environnement, et offre de nouveaux espaces de médiation à l’intérieur ainsi qu’à l’extérieur.

Une première peau noire, au contact du bâtiment, occultant environ 30% de la façade, sur-isole la zone la plus ombragée du bâtiment et emmagasine la chaleur issue du rayonnement solaire. Ce rempart visuel obstruant 10 fenêtres sur 30, crée une mise au noir intérieure nécessaire aux installations lumineuses muséographiques.
Cette intervention extérieure s’appuie sur la façade existante sans modifier l’espace intérieur.

L’enveloppe se pare d’une seconde peau modulaire qui permet de gérer l’apport de soleil sur la peau noire et le réchauffement du bâtiment. C’est une structure autonome fixée sur le toit, installée de manière à couvrir la circonférence totale du bâtiment. Elle est dessinée de manière à transcrire une idée de mouvement progressif.
Comme un voile qui se lève progressivement, elle couvre la peau noire d’un côté et délimite le nouveau chemin d’accès du bâtiment de l’autre. Grâce à elle, le mouvement du piéton met en valeur l’aspect cinétique du bâtiment.

Depuis l’intérieur, la vue sur le parking et les bâtiments voisins est niée pour guider visuellement le visiteur sur un panorama paysager.
Cette seconde peau est composée d’environ 400 modules en textile haute translucidité, développés pour réagir à la chaleur et aux conditions météorologiques. Le mouvement indépendant et autonome des modules est obtenu par l’association innovante du textile précontraint 402 de Serge Ferrari et du bilame, métal thermosensible à mémoire de forme.



Sous l’effet du soleil, le bilame se courbe naturellement entraînant le textile dans sa course. Quand il fait chaud, la façade s’ombrage automatiquement tout en laissant pénétrer un maximum de lumière naturelle. Inversement, lorsqu’il fait froid la peau modulaire s’ouvre pour permettre aux rayons du soleil de chauffer la Rotonde.

Le bâtiment et sa périphérie (accès, parking, environnement paysager et urbain) sont repensés dans leur intégralité pour offrir un projet global.





Des partenariats ambitieux
L’exploration plastique et technique des matériaux utilisés et leur association inédite fait du Projet Rotonde un véritable démonstrateur pour les industriels concernés.

Le textile technique Serge Ferrari est utilisé à l’échelle de l’objet et le bilame (Delta Concept) à l’échelle de l’architecture.
L’entreprise Serge Ferrari (La Tour du Pin - http://www.sergeferrari.com/facade-...), leader des matériaux composites souples, s’est rapidement rattachée au projet et a fourni gracieusement le textile nécessaire pour le développement produit.
L’entreprise de sécurité thermique haute performance sur mesure à bilame, Delta Concept (Sassenage), a ouvert ses portes et s’est investie généreusement dans le projet en fournissant la matière nécessaire au développement du module.



En clôture de leurs études, Le Projet Rotonde a été soutenu par les deux étudiants fin juin 2014 devant un jury composé de 14 professionnels (designers, architectes, ingénieurs). Le jury a validé le projet dans sa globalité en attribuant la mention Très Bien.



En véritable démonstrateur des qualités des matériaux textiles et métalliques utilisés, le projet bénéficie du soutien de la Plateforme Technologique Text’In, du CCSTI La Rotonde et des industriels Rhône-Alpiens partenaires, avec l’ambition d’une réalisation prochaine.

Le projet sera valorisé les 19 et 20 septembre 2014 dans le hall de direction de l’École des Mines de Saint-Étienne, puis à Paris dans le cadre de l’exposition Design à Réaction(s) en mars 2015, mais encore au Mixeur le 7 avril 2015 sur le site de la Biennale internationale de design de Saint-Étienne, enfin au salon international d’Architecture Textile de Francfort, Techtextil, en mai 2015, soutenu par le pôle de compétitivité de Rhône-Alpes Techtera.

CCSTI La Rotonde - École Nationale Supérieure des Mines de St-Étienne • 158 cours fauriel 42023 St-Étienne
plan d'accès - 04 77 42 02 78 accueil@ccsti-larotonde.com    
Espace privé | réalisé par Pixelsmill & 642